page_adultes

La « mindfulness », ou « pleine conscience » , est une pratique de méditation millénaire issue du bouddhisme.

Cette pratique aide à développer une forme d’intelligence différente: plus intuitive, moins intellectuelle. Elle permet de retrouver un regard plus clair sur ce qui importe dans notre vie.

La diffusion de sa pratique en Occident a essentiellement trouvé sa source en Tich Nhat Hanh -moine bouddhiste vietnamien-, puis, de façon large, et en Jon Kabat-Zinn -scientifique américain, fondateur de la clinique de réduction du stress au centre Medical de l’Université de Massachusetts, et à l’origine du programme d’acquisition des outils de la pleine conscience en 8 semaines-.

Ce programme a été intitulé MBSR -Mindfulness-Based Stress Réduction-, la pratique régulière de la méditation de pleine conscience ayant une influence directe sur la réduction du stress.
Par la suite, le programme MBCT -Mindfulness-Based Cognitive Therapy- a vu le jour par la contribution de Z. Segal, J. Williams et J. Teasdale. S’inspirant du cycle MBSR, cette version comporte des adaptations orientées vers la prévention de la rechute dépressive.

Durant ces 8 semaines se déploie progressivement l’intégration de pratiques formelles de méditation à partir d’exercices dirigés -temps d’exploration du corps, du coeur et de l’esprit-.

La pratique régulière d’exercices formels contribue à cultiver la pleine conscience dans la vie de tous les jours, en nous amenant peu à peu à développer notre qualité de présence à nous-mêmes et au monde, nous ancrer davantage dans l’ici et maintenant et nous libérer de schémas de pensées automatiques source de mal-être.

Indications

Face aux difficultés inévitables de la vie, ou à son rythme effréné, la pleine conscience permet de cultiver une meilleure qualité de vie en goûtant pleinement, sans jugement, le moment présent.

La pratique de la pleine conscience est également recommandée en situation de :

  • stress, anxiété, ruminations mentales
  • impulsivité (accès de colère, crises de boulimie …)
  • humeur dépressive: lassitude, tristesse …
  • hypertension artérielle
  • détresse associée à la douleur et/ou la maladie chronique
  • troubles du sommeil

 

Ce programme n’est pas approprié dans certaines problématiques, telles que la dépression en phase aiguë, les attaques de panique récurrentes, la dissociation, les troubles psychotiques (hallucination, délire), la maniaco-dépression non stabilisée et les assuétudes.